Project Description

Notre bibliothèque afro-centrée

Notre association a pour objectif principal la divulgation et la préservation de la culture afro-brésilienne, et les arts traditionnels et contemporains de matrice africaine. Ainsi l’association Oyà ambitionne de proposer une réflexion sur une éducation anti-raciste et décoloniale pour tous. Il est donc important pour nous de montrer qu’il existe un autre point de vue au curriculum euro-centré auquel nous sommes habitués. Un point de vue décolonial où les personnes racisées se reconnaissent, reconnaissent leur histoire et leur culture de façon positive, et où les personnes blanches peuvent reconnaitre l’autre à travers un autre prisme que celui auquel elles sont habituées.

C’est pourquoi nous vous proposons l’accès à notre bibliothèque comprenant plus de 160 ouvrages en français, portugais ou anglais d’auteurs et autrices noir.es de l’afro-diaspora ou d’auteurs traitant de thèmes liés à la culture, l’histoire et la société afro-diasporique, d’éducation anti-raciste et décoloniale.

Vous trouverez romans, essais, bandes dessinées, livres pour enfants, théâtre, art, et bien d’autres catégories.

Comment ça marche ?

1. Adhérer à l’association Oyà ici (L’adhésion coute 25€ à l’année)
2. Ouvrir un compte sur le site livresdeproche.com
3. Choisissez le ou les livres que vous voulez emprunter dans la liste ci-dessous.
4. Nous conviendrons d’un rendez-vous pour vous apporter vos livres.

Vous pouvez emprunter jusqu’à 3 livres à la fois et les garder un maximum de 4 semaines.

Vous voulez nous soutenir ?

Vous pouvez soutenir la création et l’enrichissement de notre bibliothèque grâce à des dons de livres.
N’hésitez pas à nous contacter.

Le livre du mois :

Quarto de despejo.
Carolina Maria de Jesus

(En portugais)

O diário da catadora de papel Carolina Maria de Jesus deu origem à este livro, que relata o cotidiano triste e cruel da vida na favela. A linguagem simples, mas contundente, comove o leitor pelo realismo e pelo olhar sensível na hora de contar o que viu, viveu e sentiu nos anos em que morou na comunidade do Canindé, em São Paulo, com três filhos.